Retour

Emploi Nabeul: Gouvernorat de Nabeul présentation et chiffres clés

Emploi  Nabeul: Gouvernorat de  Nabeul  présentation et chiffres clés

 

  Ce gouvernorat baptisé par le Cap bon se trouve au nord-est de la Tunisie. La mer Méditerranéenne l’entoure de son côté nord et est. La région se fait un nom par la beauté de son paysage, les richesses de ses agricultures, de son pôle touristique et industriel. Il est d’ailleurs la première station balnéaire de la Tunisie à cause de son emplacement géographique. Zoom sur les potentialités de cette région et ses chiffres clés.

Présentation du Nabeul

Ce gouvernorat dont le chef-lieu est Nabeul s’étend sur une superficie de 2820 km2 environ. Il est réparti en 16 délégations. Les habitants sont au nombre de 787 900 et quelque en 2014. La plupart de ses villes bénéficient de l’électricité et de l’eau potable car le taux d’électrification et des villes dessertes en eau s’élève à 99 %. En revanche, le taux des villes urbanisées est dans les environs de 66,4 %. Comme les autres gouvernorats, l’économie de Nabeul se tourne principalement sur l’agriculture, les industries de manufacture mais également le tourisme. On y retrouve 496 entreprises étrangères en 2015. Bon nombre de ces entreprises se lancent dans l’exploitation. Leurs activités concernent l’exploitation de textile et cuir (prêt-à porter, fabrication de chaussures), l’agro-alimentaire (boissons gazeuses), la mécanique électronique (appareils électroniques et électriques).

Les potentialités de ce gouvernorat

Le secteur le plus prolifique de cette région est l’agriculture. Presque la totalité de la production des agrumes est produite dans la région. Aussi, la moitié de la production de tomates et des pommes de terre du pays y provient. Cela est dû à la fertilité de la terre et la quantité de pluie régulière sur la région. La superficie agricole avoisine 246 000 ha tandis que la superficie qu’on peut labourer est de 185 000 ha. Un peu mois du quart de ces terres labourables est irrigué tandis que la superficie en sec est le reste soit 138 000 ha. L’endroit possède un potentiel fourrager pour l’élevage de bœufs. Concernant les produits agricoles de l’année 2014, Nabeul s démarque par la production de ses grandes cultures de 106 400 t environ. La production des grumes et les tomates est presque similaire, de 265 000 tonnes et quelque pour les tomates. La région a produit 146 500 t de pommes de terre, 335 350 t d’arboriculture, et 855 840 t environ de culture de légumes. La production de lait est de 95 000 t pour l’année 2014, l’oléiculture de 42 000 t environ, et la culture de la vigne de 39 600 t. La région a produit également de volailles de 76 600 t pour l’année 2014, des fraises, des épices et des fleurs de bigaradier. Sans oublier les produits de pêche qui fait 13 480 t pour cette année 2014. Selon ces chiffres, parmi les produits qui figurent en première position dans son exportation, on peut citer les agrumes, les tomates, puis, les épices, les poissons, les huiles d’olive et les vins. Le développement de l’élevage mérite aussi l’attention. On retrouve dans cette région un nombre important de cheptels : 45 500 de bœufs, 160 000 de moutons et de brebis et 27 000 têtes de chèvres. En ce qui concerne les produits de pêche de cette région, ils sont favorisés par la présence de 180 km de côtes propices à l’aquaculture. Nabeul abrite d’ailleurs plus de 560 unités de pêche, et une cinquantaine d’unités frigorifiques. Les grandes réserves de poisson bleu à Hammamet ainsi que ses 3 ports de pêche côtière et son port hauturier contribuent également à la production de pêche.

Nabeul-Hammamet est également une zone touristique non négligeable. Pour l’année 2016 par exemple, la saison touristique a affiché une hausse de touristes par rapport à celle de la saison 2015. Les Russes et les Algériens sont la majorité de ces touristes. Le commissaire régional de tourisme de la région a également indiqué que le nombre des touristes qui visitent l’intérieur du gouvernorat connaît également une hausse. Afin de promouvoir le tourisme, il y a également le projet de « cité de tourisme flottante » à Korbous. Le budget dédié à ce projet est de 4 millions de dinars et la cité devrait comprendre des îlots sous forme de la main de Fatma qui s’étend sur 4 km dans la mer et sur 8, 2 km du long de la côte. Le projet inclue la construction d’un hôtel luxueux de 60 étages, quelque 120 immeubles contenant plus de 14 700 appartements. L’objectif est le développement du littoral et la création des zones urbaines. La construction d’un village sportif, des espaces vertes, une zone thermale et des réserves naturelles font également partie de ce projet. Tunisie est le premier à concevoir ce type de projet dans le continent et même dans le monde, car la cité touristique devrait offrir de cures thermales. Une vingtaine de millions de touristes annuels sera attendue lors de l’achèvement de ce projet.

Les unités industrielles et les infrastructures de la région

La région possède des importantes entreprises telles que la STE VTL1, La société KEMA, Coccinelle, ASSAD ou encore la société VSL. Cette dernière est par exemple une entreprise tuniso-française totalement exportatrice. Elle exporte de textile. La société ASSAD, quant à elle, fabrique de plaques pour les accumulateurs électriques. Elle exporte également une partie de sa production. Coccinelle, la société exportatrice italienne qui emploie 1300 salariés s’occupe de délavage. La société suisse KEMA qui est également totalement exportatrice de chaussures en cuir emploie 850 personnes. Quant à VTL et VSL, ce sont deux entreprises qui exportent la totalité de leurs produits de prêt-à-porter cuir et chaussures. La première unité industrielle emploie 2500 personnes et 850 salariés pour la dernière unité. Les nombres d’emplois en 2015 sont dans les environs de 51 420.

Parmi les autres entreprises dans ce gouvernorat, on peut également citer SOGIP ou la société générale des industries de peinture. Cette société au capital de 1 450 000 dinars tunisiens développe des produits de décoration, de peinture à eau, de solvants etc. Entre autres, il y a aussi Socodal qui produit de conserves de concentré de tomates de plus de 200 t par jour et de harissa de plus de la moitié de la production de tomates par jour. L’évacuation de ces produits se fait par la gare routière, l’autoroute ou encore les ports. Nabeul est sise par exemple à 20 km de l’autoroute, à 3 km de la gare ferroviaire la plus proche et à une soixantaine de km de port le plus proche.

La région abrite aussi quelques polycliniques dont certaines sont pluridisciplinaires à l’exemple de la polyclinique de Kelibia, de Hammamet ou de Hel Akim de Korba. On y retrouve également de centres et de cliniques de dialyses.

Concernant l’accès aux avancées technologiques, Nabeul n’est pas aussi en reste par rapport aux autres gouvernorats. Il y a en guise d’exemple l’organisation du festival international du webdesign, ou le festival d’animation numérique. L’infrastructure de communication et de réseau est aussi améliorée avec la présence de réseaux de fibre optique dans les villes, les unités industrielles et les universités. Cela a pour effet d’augmenter le taux des ménages équipés en matériels informatiques et la hausse de la densité téléphonique de la région.