Retour

Le métier des hôtesses steward de l’air



Actualités et conseils RH

Blog > Infos économiques > Le métier des hôtesses steward de l’air

Si l’envie de voyager partout dans le monde et de faire la découverte des villes traversées motive les jeunes à faire partie du personnel d’accueil d’une compagnie de la navigation aérienne, ce métier passionnant est aussi assez contraignant. Tour d’horizon sur les études à suivre pour exercer le métier des hôtesses steward de l’air, les critères de sélection et les risques de ce métier.

Les hôtesses et steward prennent en charge l’accueil des passagers à bord d’un avion et assurent leur confort, leur sécurité et leur bien-être tout au long du vol. En tant que personnel navigant commercial, ces professionnels travaillent sous la responsabilité du commandant du bord. La journée type d’une hôtesse de l’air commence par la vérification des équipements (gilet de sauvetage, interphones…). Elleinspecte aussi l’intérieur de l’avion avant l’accueil et la prise en charge des passagers à bord.Elle informe ensuite les clients sur les équipements de sécurité et de survie, leur rappelle les consignes de sécurité comme l’interdiction de fumer et surce qu’il faut faire en cas d’accident. Elle informe également sur le déroulement du voyage. Pendant le vol, ces professionnels répondent aux souhaits des passagers, leur apportent des rafraichissements, de plateaux repas ou des revues.En cas de problèmes techniques ou de turbulences de l’appareil, ils rassurent les clients. Ils peuvent aussi être amenés à prendre soin d’un passager malade à bord ou des enfants. Lors de la phase de descente, ils nettoient la cabine avant l’atterrissage.

Pour pouvoir exerce ce métier, il faut avoir au minimum un bac, parler couramment l’anglais en plus d’une deuxième langue étrangère et avoir plus de 18 ans. Le postulant doit aussi savoir nager et disposer d’un CCA (cabine crew attestation) pour les compagnies françaises et européennes. L’obtention de cette attestation de l’Etat requiert le suivi de formation théorique et pratique. La pratique inclut le saut dans l’eau avec un gilet de sauvetage en tirant une personne inconsciente sur une vingtaine de mètres.

Pour les femmes, la taille requise est comprise entre 1m 60 et 1m 78 contre 1m 70 à 1m 90 pour les stewards.Les heures travaillées et le salaire dans ce métier de service varient d’une compagnie aérienne à une autre. Chez Air France, les hôtesses débutantes touchent dans les environs de 1 800 euros par mois, les primes de vol en sus. En fin de carrière, elles peuvent gagner le double. Selon la compagnie dans laquelle ces professionnels travaillent, il leur est possible de se reconvertir dans d’autres servicesau sol comme le service d’accueil, l’administration etc. Ils peuvent aussi monter en grade par promotion et devenir responsable de l’équipe des hôtesses et stewards, ou chef de cabine principal.

Pour se faire embaucher, il est toujours mieux de détenir une expérience professionnelle commerciale. Il est également possible de présenter sa candidature lors des journées de sélection des stagiaires. Les compagnies aériennes recrutent souvent leur personnel navigant à travers les offres d’emploi dans les journaux ou en ligne. Les tests de présélection incluentles tests psychotechniques, la culture générale, les tests de langue, les entretiens…)

Les critères pour exercer le métier de l’hôtesse steward de l’air

Les personnes qui souhaitent exercer ce métier doivent être âgées entre 18 à 35 ans au maximum et être bacheliers. Les recrutements ne dépendent plus tellement de la taille trop petite (1m 60 pour les femmes) et trop grande (1m 70) mêmesi cela pourrait être un handicap en cas d’accident. A noter en effet que ces personnels doivent intervenir pour aider un passager lors d’un atterrissage forcé en mer. Maisles compagnies aériennes se montrent peu strictes sur ce critère afin de se conformer à la loi contre la discrimination à l’embauche. En revanche, le profil harmonieux ou la bonne présentation physiqueainsi que la bonne condition physique sont des critères de base incontournables. Le steward et l’hôtesse doivent avoir une allure agréable et un bon rapport taille et poids puisqu’ils représentent la compagnie aérienne. D’ailleurs, les étudiants qui souhaitent devenir hôtesse devront passer une visite d’aptitude physique et mentale avant la formation.Parmi le test d’aptitude physique, il y a le test de nage et d’endurance où le postulant aurait à faire 50 m en moins de 1m 30. Avant l’embauche, le futur PNC doit passer aussi une visite médicale concernant la vérification de son groupe sanguin, ses antécédents familiaux, son acuité visuelle, l’état de ses tympans et de son dos. Le postulant ne doit pas avoir de problème de santé et être en bonne forme car une fois recruté, il doit prendre l’avion plusieurs fois dans la semaine.La bonne santé physique est exigée car les hôtesses et stewards sont souvent exposés aux décalages horaires réguliers et aux habitudes de sommeils changeants.Ils doivent ainsi montrer une bonne résistance physique et nerveuse.

Les critères de sélection concernent également la culture générale, la courtoisie, la serviabilité et la bonne mémoire.Ces critères sont indispensables car ces professionnels voyagent avec toutes sortes de passagers, ayant chacun leur caractère. Ils doivent être souriants en toutes circonstances et ne pas perdre leur sang-froid et leur sens de responsabilités.

En dehors de ces qualités, l’élocution, l’élégance et la pratique des langues étrangères sont également indissociables de cette profession.

Bref, les personnes qui enfilent l’uniforme des PNC doivent avoir beaucoup de qualités. Outre le profil et la capacité physique, il leur faut aussi faire preuve d’endurance, être courtois, élégants et parler couramment au moins une langue étrangère. Ce qui rend l’accès à ce métier limité.

Faire une escale pendant plusieurs jours dans un pays exotique, voir des paysages incroyables, changer de l’équipe de vol selon la destination et les horaires font partie des charmes de ce métier. Ce travail qui fait rêver beaucoup de jeunes et qui offre beaucoup d’opportunités que peu d’autres métiers peuvent accorder, n’est cependant pas sans risque, notamment pour la santé et pour la sécurité.

En premier lieu, on note le rythme de travail avec les horaires décalés et le travail nocturne qui pourrait se répercuter sur la santé de ces professionnels au bout de plusieurs années dans ce métier.Le rayonnement pourrait provoquer de mélanome ou de leucémie pour les personnes ayant un système immunitaire faible et représentent un danger pour leur ADN.Une enquête des chercheurs américains a d’ailleurs démontrée que 15 % des agents de bord américains enquêtes souffrent d’un cancer (dela peau, du sein, tumeur gastro-intestinale, de thyroïde, de l’utérus…). Tandis que le bruit, les troubles du sommeil et les troubles digestifs liés au changement de fuseaux horaires pourrait engendrer des pathologies cardio-vasculaires. La climatisation et la variation de la pression atmosphérique ainsi que les turbulences pourraient également causer des troubles circulatoires et du dérèglement du rythme circadien sur la durée.

Ces professionnels ratent aussi les célébrations en famille du fait qu’ils voyagent souvent. Et même s’ils peuvent profiter des avantages préférentiels d’un billet d’avion moins cher, ils ne peuvent pas souvent profiter d’une longue escale. Enfin, même si les risques de crashs techniques d’avion ou par sabotage sont minimes, (selon les statistiques un accident pour 12 millions de vols), cela constitue aussi un risque de ce métier pour les plus craintifs.

Ces articles peuvent vous intéresser ...