Evénements

Actualités et conseils RH

Le gaming c’est un emploi ? Le gaming c’est quoi ? Tout savoir sur l’emploi dans le gaming Les avantages du métier Le gaming c’est un emploi ? L’industrie des jeux vidéo en plein essor en France, au Japon, aux Etats-Unis et aussi dans nombreux pays depuis la démocratisation de smartphones, de tablettes et des jeux électroniques sur PC et consoles. Le rêve de devenir pro gamer et de gagner sa vie avec cette passion comme d’autres le font avec le football ou le tennis séduit des milliers d’esportifs. Si cet univers vous attire, lisez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’emploi dans le gaming, et les avantages de ce métier. Le gaming c’est quoi ? D’ici quelques années, l’industrie de gaming tiendra la première place mondiale au titre du divertissement qui rapporte devant le cinéma, la musique et les compétitions sportives. En effet, cette discipline qui attire tout autant les parents que les ados ou les jeunes devrait afficher un chiffre d’affaires de 3 milliards de dollars pour l’année 2022 selon Goldman Sachs. Pour info, ce terme anglicisme désigne tout simplement le monde des jeux vidéo, depuis leur création, les formations, la monétisation, la vente, leur pratique dans le milieu professionnel, l’évènementiel, les relations publiques… En France, ce secteur prévoit le recrutement de beaucoup de postes pour les techniciens et ingénieurs informatiques. Les profils expérimentés sont fortement sollicités dans des postes variés comme la création du design des jeux, dans la partie développement du jeu et codage, la gestion du projet, la supervision de la qualité de jeu et des risques, la création du storytelling autour de l’évènement, le commentateur des matchs retransmis sur les supports de diffusion… Et bien évidemment les entreprises du secteur s’arrachent aussi les joueurs des jeux vidéo les plus doués qui sont de plus en plus nombreux dans ce secteur dynamique. Les joueurs de jeux vidéo peuvent utiliser des ordinateurs de bureau, de console, des ordinateurs portables ou des smartphones. Ils se servaient au début de l’évolution du gaming de leur joystick, puis de leur souris et clavier. Mais depuis le développement de la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle, les jeux vidéo utilisent la détection de mouvement de consoles de jeux ou les écrans tactiles ainsi que les lunettes stéreoscopiques, les sièges vibrants ou des sièges qui simulent l’évolution de la vitesse d’un engin. Depuis ces dernières années, les géants du secteur comme Google, Microsoft, Apple se lancent également dans le cloud gaming. Ce terme se réfère à la possibilité de lancer en streaming un jeu vidéo qu’on ne possède pas chez soi mais qui se trouve sur un serveur puissant situé loin de sa localisation. Ce qui dispense l’utilisateur du téléchargement et de l’installation du jeu. Cette découverte technologique va changer la donne car elle rendra inintéressant l’achat d’un PC gamer excessivement cher ou d’une console avec une puissance graphique extrêmement performante. Une connexion internet très haut débit et stable ainsi qu’un abonnement à des jeux pourront alors suffire à exploiter la puissance des serveurs de ce cloud gaming. Les consommateurs de jeux peuvent aussi éviter l’achat des jeux qu’ils n’aiment pas car ils pourront avoir un large choix de jeux dans les catalogues virtuels des services qui offrent l’abonnement. Mais l’envers de la médaille, c’est que les utilisateurs pourraient avoir un temps de réponse peu optimisé si les serveurs sont situés loin de leur emplacement. Tout savoir sur l’emploi dans le gaming Les compétences numériques sont très appréciées dans le secteur du gaming et de l’esport, lequel offre aussi de nombreux postes à pourvoir à la clé. En effet, le baromètre du SNJC cette année indique que cette niche devrait voir la création de 800 à 1200 entreprises cette année et jusqu’à 800 studios. Les débouchés existent dans le marketing, la communication ou le brand management, l’e-commerce, la production pour ne citer qu’eux. Parmi les postes qui pourront être vacants, on peut citer entre autres le directeur marketing, le chef de produit, brand manager, responsable de l’inbound marketing, content manager, CRM manager, event manager, key account manager, online sales manager… La liste est non-exhaustive. Pour la production des jeux vidéo, on retrouve aussi le game designer qui crée le design du jeu, le réalisateur qui prend en charge les aspects créatifs du jeu et la qualité du contenu, l’ingénieur informatique qui est le garant de la partie développement du jeu ainsi que le scénariste. Les game designers et les ingénieurs informatiques sont des postes à forte demande. Toujours dans les métiers de production de jeux vidéo, on peut lister également les postes de directeur de studio ou executive producer qui a pour mission d’assurer le bon déroulement du projet, le chef de projet chargé de la supervision du coût, de qualité et délais de production, le project coordinator dont la mission concerne la coordination des équipes impliquées dans le projet. Côté gestion de risques, amélioration de qualité du jeu et innovation, les entreprises œuvrant dans ce secteur de gaming pourraient aussi embaucher un associate producer , un closer , un associate line producer ou un innovation designer. Concernant la préparation d’un évènement e-sport, des métiers comme responsable sponsoring, e-sport manager, blogueur e-sport, commentateur e-sport ont également vu le jour. Par ailleurs, c’est à Malte qu’on recense le plus grand nombre d’emplois crées et des entreprises internationales dans le secteur d’igaming. Les raisons en sont nombreuses. L’île est d’abord un paradis fiscal mais il est aussi le premier pays européen dans l’autorité de régulation des jeux en ligne avec la Malta gaming authority qui est une institution reconnue à travers l’Europe. Les postes disponibles dans ce petit pays sont nombreux : programmeur ou développeur, content writer, web designer, responsable RH, community manager, gestionnaire de risques, conseiller clientèle… Parmi les entreprises de l’igaming présentes à Malte, on retrouve Betsson, Stars group, Mr Green… Pour pouvoir travailler dans ce secteur florissant à Malte, il faut au moins parler couramment deux langues étrangères, avoir une bonne résistance au stress, et être disponible pour les horaires décalés. Le fait d’avoir des diplômes ou des stages dans le domaine constitue un atout. Les salaires proposés par les entreprises de l’igaming à Malte sont très motivants allant jusqu’à 40 à 45 K par an pour les développeurs et 20 à 30 K par an pour le service client. Les expatriés bénéficient aussi d’un environnement agréable et la chance d’être promu rapidement. Les avantages du métier La pratique abusive de jeux vidéo sur les casinos en ligne est incriminée dans la situation d’apparition de l’endettement excessif pour des nombreux ménages. Elle est aussi pointée du doigt comme outil favorisant la violence chez les plus jeunes. Cependant, les jeux vidéo ne sont pas si néfastes car ils améliorent la capacité de concentration, les compétences en lecture (lors de la lecture des instructions d’un jeu). Ils améliorent aussi les réflexes moteur et la facilité des mouvements mécaniques (coordination entre l’œil et la main…). Certains jeux vidéo apprennent également à optimiser sa maîtrise de soi et la gestion de ses finances personnelles (lorsqu’on gère des ressources limitées des jeux). Ils permettent également de développer l’esprit d’équipe tout en apprenant à faire une tâche assidûment (lors d’un jeu à grand nombre de niveaux par exemple). Enfin, les jeux vidéo permettent d’étoffer sa culture, comme les jeux qui présentent des ressources historiques intéressantes de plusieurs siècles. Enfin, le dernier avantage et non pas le moindre, les joueurs professionnels de gaming gagnent correctement leur vie avec les jeux vidéo, lesquels contribuent aussi à leur bien-être physique.
  La pollution de l’environnement en Tunisie Les exigences légales en matière d’environnement en Tunisie La campagne nationale de propreté en Tunisie   La détérioration de la situation environnementale tunisienne est un phénomène qui commence à prendre de l’ampleur depuis 2011.La Tunisie fait partie en effet des 10 pays africains où la respiration de l’air sain est difficile. Cette décadence se répercute notamment sur la santé de la population et l’économie. Tour d’horizon sur cette dégradation de l’environnement, les réglementations en faveur du respect de l’environnement et les campagnes de sensibilisation à la propreté menée par les jeunes et les moins jeunes. La pollution de l’environnement en Tunisie Selon le rapport mondial de l’OMS publié le mois d’octobre 2018, la Tunisie est dans la liste des 10 premiers pays les plus pollués de l’Afrique. Cette liste inclut entre autres l’Egypte, le Maroc, le Nigeria, l’Ouganda… Selon ce rapport, les villes de Tunis, Bizerte et Sousse sont les plus mauvais élèves en termes de qualité de l’air en Tunisie. La pollution de l’air est due notamment aux émissions de gaz d’échappement et fourneaux, au déboisement, aux poussières du sable etc. Néanmoins, l’agence ANPE (agence nationale de la protection de l’environnement) a contesté la fiabilité de ces données en précisant qu’on ne l’a pas contacté alors qu’elle prend en charge la gestion de réseau national de surveillance de la qualité de l’air. Elle indique aussi que le rapport a pointé du doigt les villes de Sousse et de Bizerte alors que les villes de Sfax Gabès ou Gafsa sont les villes les plus polluées.En effet, à Gabès par exemple, le Groupe chimique tunisien qui exploite les mines de phosphate répande chaque jour 14 000 tonnes de phosphogypse dans la mer tout en dégageant de l’acide phosphorique dans l’air. A Tunis, on peut citer aussi la décharge saturée à ciel ouvert de Jbel Borj Chakir qui décharge 400 000 m3 de liquide toxique.Par ailleurs, une autre étude effectuée par la revue Le Lancet a révélé aussi que la Tunisie a décroché une note de 100/100 sur la qualité de l’air intérieur, et 37/100 sur les particules de diamètres au-dessous de 2,5 microns. Quoi qu’il en soit, le problème environnemental en Tunisie a des impacts non négligeables sur l’activité économique et la santé publique. La dégradation du sol et des forêts due à la déforestation impacte sur la production et la quantité des ressources naturelles. La pollution des ressources et de l’eau entraîne aussi des pathologies hydriques et les maladies cardio-vasculaires sans oublier la détérioration des ressources piscicoles et leur répercussion sur le développement du tourisme. L’accumulation des déchets provoque également la propagation des maladies dermatologiques. Le plus grave avec ce problème de pollution environnemental, c’est son coût. Selon l’étude menée par la Banque mondiale et des ONG, le coût de la décadence de l’environnement en Tunisie est l’équivalent de 2,7 % du PIB en 2012 soit 1,5 milliard de dinars ou plus du quintuple du budget du ministère de l’équipement, de l’aménagement du territoire et du développement durable. Aujourd’hui ce coût peut se chiffrer dans les 2,2 milliards de dinars. En fait, même si la Tunisie adhère aux directives européennes sur le respect de l’environnement, elle se détache progressivement de ses engagements en matière de protection de ressources naturelles et de la santé humaine ainsi que la valorisation des déchets et le déploiement de l’activité de recyclage. L’unité européenne recommande actuellement quelques mesures afin de réduire le coût de la dégradation environnementale. Ces mesures incluent entre autres la révision de prix de ressources et l’élaboration d’une fiscalité écologique efficace et d’unecomptabilité verte. Les exigences légales en matière d’environnement en Tunisie La Tunisie dispose des lois, des règlements et des arrêtés ministériels sur la protection de l’environnement et la gestion des ressources naturelles pour les générations futures. Par exemple, la loi n° 88‐91 du 2 Aout 1988 portant sur la création de l’ANPE, la loi n° 96‐41 du 10 juin 1996 concernant les déchets et le contrôle de leur élimination,la loi n° 2009‐49 du 20 Juillet 2009 sur les aires maritimes protégées. Concernant les règlements, on peut citer également le décret n° 78‐814 du 1er septembre 1978 relative aux conditions d’exploitation des eaux souterraines, le décret n° 95‐252 du 13 février 1995 sur les autorisations de pêche. Et parmi les arrêtés ministériels, on retrouve aussi entre autres l’arrêté des Ministres des Finances et de l'Agriculture du 24 juillet 1991 relative aux redevances pour l’usage des eaux et du sable du domaine public. Pour en revenir aux missions de l’ANPE créée en 1992, cette agence prend en charge la lutte contre toutes sources de pollution, l’atténuation de la décadence de l’environnement, le suivi des rejets et leur traitement. L’agence dispose d’un corps d’experts contrôleurs assermentés répartis sur le territoire. Ils ont aussi pour fonction de contrôler l’efficacité des installations de traitement de rejet, le respect des dispositions légales relatives à la pollution et la violation de ces lois. Ces experts contrôleurs au nombre d’une quarantaine jouissent d’un pouvoir de police judiciaire. Ils peuvent ainsi accéder à tous les établissements publics et privés. L’ANPE a ainsi pu mener jusqu’à 5 000 opérations de contrôle par an, dans le but de réduire la pollution de l’environnement tout en protégeant les milieux de ressources naturelles. La campagne nationale de propreté en Tunisie Beaucoup d’ONG environnementales essaient de résoudre le problème de pollution de l’environnement à travers les campagnes de sensibilisation sur les dangers de la pollution. Parmi eux, on peut mentionner SOS BIAA. Cette association œuvre dans la lutte contre la pollution des industries. Elle effectue aussi l’intermédiation entre les industries responsable de la pollution et les hauts responsables du gouvernement afin de trouver une issue aux problèmes écologiques. Elle a réalisé jusqu’à maintenant 3 projets concernant la décharge de Grand Tunis, Nabeul et Sousse. Tunisie recyclage est également une autre association non gouvernementale. Elle met en place des opérations de nettoyage et de collecte des déchets recyclable dans tout le pays surtout dans la banlieue nord. Malgré la limitation de ressources financières de ses adhérents, elle peut collecter des centaines de sacs de déchets lors de leur programme de collecte à domicile. L’Agence nationale de gestion des déchets a offert gratuitement ces sacs. Les adhérents opèrent ainsi la collecte des déchets à domicile chaque après-midi avant de trier ces déchets dans un local pour en retirer des matériaux comme le plastique, l’aluminium etc. qu’ils revendent aux entreprises recyclant ces déchets. L’association ne dispose pas de budget de fonctionnement que les cotisations et les dons des adhérents. C’est ce qui l’empêche de développer ses activités. L’association des amis du Belvédère a effectué aussi une journée de nettoyage du parc le 20 octobre dernier. Cette action fait suite à des campagnes menées par des jeunes dans plusieurs régions du pays. L’AAB a invité tous les passionnés de la nature et les amis du Belvédère pour participer à cette campagne de nettoyage. Cette prise de conscience des jeunes a fait aussi naître d’autres campagnes citoyennes comme celle baptisée « utiliser les semences tunisiennes pour consommer tunisien. Cette campagne qui sera organisée le 12 novembre 2019 tourne autour de la plantation d’un million d’arbres et l’octroi de nourriture pour les personnes sans domicile fixe.Bref, les jeunes et les moins jeunes sont tous concernés par cette cause de propreté de l’environnement.
Comme vous le savez Tanitjobs.com participera au salon de l'emploi "Job'In. Pass pour l'emploi" qui aura lieu ce mercredi 23 Octobre 2019 à l'hôtel Golden Tulip EL Mechtel-Tunis, à partir de 9h du matin. Avec la participation du Centre d'information et d'Education pour le Développement (CIES), L'Union Tunisienne de Solidarité Sociales (UTSS) et tous les partenaires locaux et internationaux, en collaboration avec la Cambre Tuniso Italienne de commerce et d'Industrie (CTCI) et l'Agence Nationale pour l'emploi et le Travail Indépendant (ANETI), vous donnent l'opportunité de vous réunir avec plus de trente entreprises à la recherche de compétences dans différents secteurs d'activités. Voici le programme prévu pour le salon: Mercredi 23 octobre 2019 Golden Tulip El Mechtel-Tunis Session 1 : Ouverture et cadrage de l’atelier                Salle Emeraude       9h00- 9h45 Mots de bienvenue : ·         Ouverture de l’atelier : Mme Viera Schioppetto : chef du projet PINSEC ·         Mot de l’ Agence Italienne pour la Coopération au Développement : M. Stefano Verdecchia - Programme Officer migration. ·         Mot de CIES Italie : Mme Loredana Gionne - Responsable Coopération et co- développement ·         Mot de l’ UTSS : M. Mohamed Khouini -Président ·         Mot de la CTICI : M. Mourad Fradi -Président ·         Mot de l’ ANETI : M. Youssef Fennira -Directeur Général Espace B2B Salle Cristal 1 er étage Pôle institutionnel : information et orientation vers les services de l'emploi (ANETI, ATFP, Tanit jobs, JCI)                     Hall RDC Session 2 : Panel : Les bonnes pratiques innovantes dans le rapprochement entre offres et demandes d’emploi                                         Salle Emeraude               09h45- 11h45 Modérateur : M. Mohamed Madhkour Panélistes : ·         Mme Amira Guermazi- MESRS : Se préparer à l’emploi dès l’université : le 4C comme modèle. ·         M. Khaled Ben Yahia- ATFP : L’Alternance comme meilleure stratégie d’insertion dans le marché de l’emploi. ·         M. Ali Mnif- Silatech : La technologie au service de l’employabilité. ·         Mme Moufida Guermani-Bureau AFC/GIZ : Outils de la Plateforme de Dialogue sur l’Emploi. ·         Mme Amel Ferjani-ANETI : Référentiel Tunisien des métiers et des compétences. ·         M. Achref Chafter- CORP : La reconversion professionnelle. ·         Mme Soraya Ben Sassi- OFII : Les voies légales d'introduction de salariés étrangers en France. ·         M. Elio Lobello - CIES - SOFEL : Processus d'inclusion professionnelle du modèle SOFEL. 11h45 Cérémonie de signature de conventions cadre de partenariat Session 3 : Ateliers                                                          Salle Emeraude 12h00- 13h15 Je cherche un emploi : Comment je fais valoir mes compétences ? Mme Wassila Saidi ( CIES-PINSEC) , M. Amin Jallouli & Mme Monica D’Angelo ( CIES -SOFEL), Mme Asma Meriah ( ANETI) . 14h00- 15h15 Je cherche un emploi : Comment j’optimise ma recherche sur les réseaux sociaux ? Mme Amira Zouaoui & M. Maher Ben Hadj Meftah ( CIES-PINSEC )   15h30- 16h45 Je cherche un emploi : Comment je prépare mon entretien d’embauche ? Mme Sonia Khelif ( CIES-PINSEC ), Mme Ahlem Aounallah & Mme Jihène Nawar ( ANETI ), M. Mohamed Massimo Trabelsi ( El.Com Tunisie ).
La rentrée des écoliers Phobie scolaire : comment faire face ? Comment préparer son enfant pour la rentrée scolaire ?   La rentrée scolaire peut poser des soucis conséquents aux familles nécessiteux. En effet, vu la conjoncture économique difficile que traverse le pays, ces ménages sont toujours aux prises avec des difficultés financières même si l’enseignement est gratuit.Les élèves doivent aussi faire face à l’angoisse ou la phobie de la rentrée scolaire. Quoi qu’il en soit, le nombre des élèves qui entrent en école accroît de 2 % pour cette année scolaire. Et ce en dépit des problèmes d’infrastructures et de l’effectif insuffisant d’enseignants. La rentrée des écoliers Pour cette année 2018-2019, on recense 2 121 000 élèves qui rejoignent les bancs de l’école, soit une hausse de 2 % par rapport à l’année dernière.Outre cette croissance des élèves scolarisés, plusieurs réformes marquent également cette année scolaire qui va commencer. A titre d’exemple, on enregistre une ouverture de 29 écoles. Pour les élèves de 1 ère , 2 ème , 3 ème et 4ème primaire, les courspour les samedis ne sont plus aussi au programme. Une mesure qui s’étendra pour les classes de 5 ème et de 6 ème pour l’année prochaine. Le calendrier scolaire des enseignements primaires est également révisé et la durée du cours est réduite à 7 h. Le prix des cantines scolaires pour chaque repas a également doublé à hauteur de 1 600 millimes. Cette mesure est couplée avec la mise en place d’une banque alimentaire qui s’occupera de l’approvisionnement de ces cantines. L’Etat prévoit également des cours de rattrapage gratuits pour lutter contre les cours particuliers.Outre ces réformes, presque l’intégralité des écoles nécessitant des travaux de réhabilitation sont aussi rénovées et plus des tiers des établissements éducatifs ont des citernes d’eau potable. Un système de chauffage central est également installé dans les pensionnats. Ces réformes font aussi suite à l’appel du ministère de l’éducation en vue de la mobilisation des sociétés civiles et des chefs d’entreprise pour la restauration des écoles. Par ailleurs, l’Etat va aussi recruter 3 400 enseignants et professeurs pour cette année scolaire. A ce chiffre s’ajoutent les 7 500 suppléants qui prennent en charge les cours gratuits des samedis. Pourtant, cet effectif est encore insuffisant car il en faut encore 10 000, selon le ministre de l’éducation. Au passage, ces suppléants ont d’ores et déjà revendiqué leur intégration dans le ministère de l’éducation nationale, mais pour le moment, ils ne perçoivent que 750 dinars par mois et une couverture sociale. Concernant l’inscription des élèves, plus de 1 cinquième des élèves se sont inscrits à distance. Ce nombre des élèves qui s’inscrivent en ligne peut atteindre un niveau élevé, mais les bureaux de postes sont saturés alors que les cartes n’étaient accessibles qu’à la poste. Mais si l’Etat, les enseignants et les foyers tunisiens se préparent activement à la rentrée scolaire,ce moment n’est pas aussi facile pour les élèves. Outre le fait de se déplacer à l’école dans une distance assez loin de leur domicile pour les familles les plus démunies, ces enfants ont aussi à faire face au stress scolaire et angoisses de rentrée. Phobie scolaire : comment faire face ? La phobie scolaire est l’une des problématiques fréquentes des élèves qu’on voit lors des premiers jours la rentrée scolaire ou au cours de l’année. Elle survient aux tout-petits, vers l’âge de 6 ans, et vers l’âge de 13 à 14 ans.Elle se caractérise par un refus d’aller à l’école dû à une crainte de ne pas se faire des amis ou une peur des autres élèves. Cette phobie peut s’accompagner des migraines, des vomissures, des maux de ventre ou des crises.Ces crises ne s’arrêtent que si l’enfant est assuré qu’on ne l’amène pas à l’école. Chez l’adolescent, elle peut s’associer avec des problèmes comme la baisse de l’estime de soi, les troubles de sommeil, l’attitude dépressive…Selon le professionnel de santé, un enfant anxieux face à la rentrée ou un changement d’école peut avoir trois réactions, soit il ne veut pas aller à l’école, soit il attrape des maux de tête ou d’autres malaises, ou encore il montre des signes de problèmes émotionnels ou une dépendance aux jeux. Lorsque l’enfant montre ces signes, les parents doivent tenir compte ces symptômes et le soulager dans la mesure de possible.Pour ce, ils peuvent travailler en équipe avec le personnel enseignant de l’école fréquenté par leur enfant afin de le rassurer et de chercher une solution adéquate. Après l’école, ils peuvent également l’inciter à raconter sa journée à l’école et l’amener faire ce qui lui plaît, par exemple, aller se promener avec le chien… Dans tous les cas, il convient de communiquer avec lui et de ne pas le priverdes moments de détente tous les jours afin de diminuer son anxiété. Par exemple, s’il excelle dans une pratique sportive, il faut l’encourager dans cette activité car cela permet de le valoriser et de réduire son anxiété. Dès le début de l’année scolaire, le parent devrait également l’amener voir le professeur afin que l’enfant puisse surmonter cette peur de l’inconnu qui le tenaille.Selon les psychologues, cette peur est due au fait que l’enfant ne connaît pas les personnes qu’il va rencontrer et le déroulement des séances d’apprentissage à l’école. Mais lorsque ce peur du changement qui pourrait arriver chez un enfant peut avoir une proportion démesurée allant jusqu’à la phobie dans certains cas. Cette appréhension de la rentrée pourrait aussi provenir d’un sentiment de contrainte, d’obligation et d’une sorte de pression dans l’esprit de l’enfant ou de l’adolescent. Pour ce dernier, cela peut résulter d’une dispute avec un professeur, d’une querelle familiale ou problème amoureux…A noter qu’en règle générale, cette crainte disparaît au bout de quelques jours pour l’enfant de bas âge s’il est accompagné par ses parents lors de la rentrée et si on lui explique le programme à l’école comme l’heure du déjeuner, le goûter…Chez les ados, ce problème requiert souvent une prise en charge familiale ou une analyse de la difficulté de l’intégration sociale de l’adolescent. Comment préparer son enfant pour la rentrée scolaire ? Pour les petits en maternelle, la rentrée est souvent synonyme de larmes et de déchirement. Ce moment est douloureux pour eux car ils ont peur de perdre leur parents. Par contre, s’ils ont déjà découvert l’école avec la maîtresse ou l’équipe enseignante, ils peuvent éviter les angoisses. Dans certaines écoles où on prévoit une organisation de portes ouvertes pour familiariser les enfants avec l’école avant la rentrée, ces derniers ne montrent pas aussi des angoisses. Il convient aussi de parler d’une façon positive de la vie à l’école à son enfant. Par exemple, on lui apprend qu’il va avoir de nombreux amis, une grande cour pour jouer avec beaucoup de jeux. On peut lui expliquer aussi que quand on est grand, on va à l’école parce qu’on y apprend des nouvelles choses intéressantes. Cela permet d’évacuer le stress du bambin tout en le sociabilisant. La semaine avant le jour de la rentrée, il faut également le coucher tôt progressivement puis le jour J, après le rituel de bisous, il faut le laisser rapidement car sinon il va pleurer dès qu’il anticipe le départ du parent. Enfin, les parents doivent chercher aussi des jeux pédagogiques pour stimuler son éveil intellectuel tout en améliorant son rendement académique.  
Présentation du salon de l'emploi en Tunisie PINSEC Objectifs du salon de l'emploi et programme Tanitjobs.com participe au Salon de l'emploi PINSEC Présentation du salon de l'emploi en Tunisie PINSEC Selon le dernier communiqué de presse de l’INS (Statistiques Tunisie, août 2019) sur les indicateurs de l’emploi et du chômage, la Tunisie a enregistré au cours du deuxième trimestre 2019, un taux de chômage de 15.3%  avec 12.3% chez les hommes et 22.4% chez les femmes. Le taux de chômage des jeunes de 15-24 ans s’élève quant à lui à 34.4% avec une répartition similaire chez les hommes et chez les femmes avec respectivement 34.2% et 34.5%. Le taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur sur la même période est de 28% avec 16,4% chez les hommes et 38,1% chez les femmes. La crise de l’emploi est aggravée par l'effondrement de l'industrie du tourisme, de la faible productivité agricole et de la pauvre capacité d’innovation dans les secteurs de l’environnement et des services. Par ailleurs, la Tunisie est un pays d’immigration et de transit : demandeurs et bénéficiaires d'une protection internationale, migrants de l’Afrique Subsaharienne, Syriens, Libyens, femmes migrantes seules, vivent en situation de difficultés économiques et d'accès aux services de base. Cela produit des conflits sociaux, le déni des droits fondamentaux, l'augmentation de la migration irrégulière vers l'Europe et les institutions n'ont pas la charge de la prise nécessaire du phénomène. De plus, les Tunisiens représentent la troisième nationalité en Italie en tenant compte du nombre de retours volontaires. Les associations de soutien aux jeunes tunisiens/ennes et celles pour la protection des droits des migrants ont besoin de renforcer le travail de plaidoyer et la mise en réseau avec des éléments novateurs et la conception des dispositifs opérationnels pour l’assistance sociale, médicale, juridique, la formation, l’orientation et l’insertion professionnelle. Le projet «PINSEC : Jeunes, femmes et migrants : Parcours d’Inclusion Sociale et Economique en Tunisie », cofinancé par l'Agence Italienne pour la Coopération au Développement, opère dans ce contexte et vise à contribuer à augmenter l'inclusion sociale et économique des jeunes tunisiens/nes, des migrants, et des migrants de retour. Il agit en synergie et complémentarité avec : Stratégie Nationale pour l’emploi 2013-17 et Plan de développement économique 2016-20 avec la croissance de l’emploi des jeunes et des femmes. Stratégie nationale du développement durable 2014-20 avec la création de micro-entreprises et d’emploi dans des secteurs innovants. Stratégie nationale relative à la migration 2015-20 avec le renforcement des capacités des OSC et des institutions dans la protection des droits et l’insertion socio-économique des migrants. FAMI-Rapatriement Volontaire Assisté -ERMES2- chef de file CIES pour la réinsertion socio-économique des migrants de retour. Dans le cadre de ce projet et en vue de favoriser l’insertion professionnelle à travers un rapprochement entre offres et demandes d’emploi, L’ONG italienne CIES, l’UTSS et ses partenaires locaux et internationaux, en collaboration avec la CTICI et l’ANETI organisent un Salon de l’emploi. Le Salon qui met en contact direct les entreprises en quête de compétences dans les différents domaines, avec les demandeurs d’emplois, a pour objectif de favoriser le placement d’un grand nombre de candidats à l’emploi à travers le Job Dating. Date : Mercredi 23 octobre 2019  Lieu : Hôtel Golden Tulip El Mechtel Durée : une journée, de 9h à 17h Population cible : Jeunes diplômés et non diplômés chercheurs d’emploi (50% Femmes) Migrant(e)s de retour Les entreprises cherchant des employé(e)s Objectifs du salon de l'emploi et programme:   Espace Objectifs Participants Plateforme Faciliter la gestion des offres d’emploi et des candidatures à travers un Matching des profils et des postes offerts. Faciliter l’organisation automatique du calendrier des entretiens suivant les CVs présélectionnés par les entreprises. Entreprises Demandeurs d’emplois Stands Entreprises Espace Be2Be   Mettre en contact direct les entreprises en quête de compétences dans les différents domaines avec les demandeurs d’emplois. Favoriser le placement d’un grand nombre de candidats à l’emploi tout en répondant aux besoins précis et spécifiques des entreprises. Espace fermé réservé aux entreprises et aux candidats présélectionnés à travers la plateforme (calendrier de RDV) Estimation : environ 300 demandeurs d’emploi (25 entreprises x 3 postes x 4 candidats par poste.) Conférence   Favoriser le partage de pratiques/expériences innovantes dans le rapprochement entre offres et demandes d’emploi et les mesures prises par les institutions publiques, privées et associatives pour s’adapter aux nouvelles réalités économiques et sociales du marché de l’emploi en Tunisie. Participation libre Estimation : 80 participants   Ateliers   Inciter les jeunes participants à adopter une attitude dynamique et proactive dans leur recherche et à développer leurs atouts pour un meilleur accès au marché de l’emploi. Participation sur inscription Estimation : 120 participants (40 participants par atelier) Espace/Pôle institutionnel   Informer et orienter les chercheurs d’emploi vers les services et opportunités facilitant l’accès à l’emploi. Présenter une prospection claire sur le marché du travail ainsi que sur les aides à la création d'entreprise et les formations.  Démontrer le dynamisme et les atouts des structures en lien avec l’emploi et la formation.   Entre 2 et 8 institutions : ANETI ATFP BIT ? Tanit Job ? Labès ? Environ 500 visiteurs Espace pour envoi de candidatures CV's   Installer une dynamique réactive et permettre aux chercheurs d’emploi de répondre sur le champ aux opportunités avancées par le pôle institutionnel.   Stand organisateurs Informer et orienter les participants vers les services d’appui développés par les organisateurs à travers leurs projets respectifs. Environ 500 visiteurs   Autres activités d’appui : Avant le salon Après le salon -Appui à l’envoi des candidatures à travers un pôle d’appui au Hub Dar El Ourabi (Equipe PINSEC) -Formation des candidats présélectionnés à l’entretien d’embauche (Equipe PINSEC et équipe ANETI) Formation en soft skills au profit des candidats retenus par les entreprises.     Tanitjobs.com participe au Salon de l'emploi PINSEC En tant que leader en matière de recrutement en Tunisie, Tanitjobs.com participera au Salon PINSEC pour répondre à la demande des chercheurs d’emploi et au besoin des employeurs. Depuis sa création en 2006, Tanitjobs.com s’est fait connaitre en tant que site d’offre d’emploi pionnier. Le site est la solution qui rencontre un immense succès avec plus de 350 000 candidats inscrits, 35 000 recruteurs actifs, et plus de 250 annonces publiées chaque jour. Le site rapproche chercheurs d’emploi et employeurs autour de solutions innovantes, grâce à sa gamme de services complets, innovants et gratuits.  Par sa participation au Salon, Tanitjobs.com se veut toujours proche des chercheurs d’emploi comme des recruteurs pour créer le lien entre eux et limiter les distances. Comme prévu le salon accueillera les recruteurs autant que les demandeurs d’emploi, Tanitjobs.com récoltera les contacts et les CV pour aider les deux parties à atteindre leurs objectifs mutuels. Participez au salon pour trouver l’emploi qui répond le plus à votre profil et peut être vous rencontrerez votre prochain recruteur. Rendez-vous le Mercredi 23 octobre 2019 au Golden Tulip Hôtel El Mechtel à partir de 9h du matin .